Transport ferroviaire

1912
Un premier train amenant des colons arrive à Amos, venant de Cochrane en Ontario.

Le pont de fer en 1913. SHA - Fonds Pierre Trudelle

Le pont de fer en 1913. SHA – Fonds Pierre Trudelle

1912
Construction du pont de fer.

1913, 17 novembre 
La voie ferrée est reliée de l’ouest à l’est.

La gare en 1913. SHA - Coll. Société d'histoire d'Amos

La gare en 1913. SHA – Coll. Société d’histoire d’Amos

1913
Construction de la première gare d’Amos. Louis-Philippe Massicotte est le chef de gare.

1914, novembre 
Le ministre des Chemins de fer annonce que le service sera interrompu pendant l’hiver. Malgré les vives réactions et les démarches, le service ne sera rétabli qu’au printemps 1915.

1924
La Chambre de Commerce de l’Abitibi demande l’établissement d’un train quotidien avec service de « malle ».

1925 
Création officielle de la Corporation Abitibi Southern Railway Compagny, formée de gens d’affaires de l’extérieur de la région et de T.A. Lalonde et Ivanhoë Frigon d’Amos.

1925
La Chambre de Commerce de l’Abitibi demande du personnel de train parlant français.

1928
Construction d’une voie d’évitement au sud de la voie principale. Ce développement vers la rivière aide le transport d’équipement aux mines.

1943
Nouveau service: six départs par semaine.

La vieille gare est démolie en 1969. Reconstruite sur le même site, la nouvelle gare est inaugurée le 2 décembre. Vendue à la Ville d’Amos en 1989, elle est rénovée et abrite les bureaux de l’Office des Congrès et du Tourisme puis ceux d’autres organismes.

Les routes

La première route abitibienne fut le Chemin Allard-Devlin. Commencée en 1912, cette route longe le Transcontinental, de la frontière ontarienne jusqu’à Senneterre. Elle est terminée au début des années 1920.

1922, 3 octobre 
Léonidas Boisvert et Jules Lavigne de La Sarre sont les premiers à faire le trajet La Sarre – Amos en auto. Ils sont à bord d’une Ford.

1922
Hector Authier demande une route carrossable entre l’Abitibi et Montréal.

1928, juillet 
Inauguration du chemin Perreault, reliant Amos au Nord- Témiscamingue (via Rivière-Héva).

1929
Trajet pour venir de Montréal à Amos: Montréal – Ottawa – Pembrooke – North Bay – Témiscamingue Nord – Rouyn – Macamic – Amos.

Un groupe devant un camion chargé de bois près de l'édifice administratif de la voirie, vers 1945. SHA - Fonds Jean-Jacques Martel

Un groupe devant un camion chargé de bois près de l’édifice administratif de la voirie, vers 1945. SHA – Fonds Jean-Jacques Martel

Années 1930
On demande des routes reliant Amos aux mines.

1932, janvier
T.A. Lalonde et Antonio Lafleur sont les premiers à faire le voyage Montréal – Amos en auto en hiver.

1934, mai 
La Compagnie d’Autobus de l’Abitibi commence son service entre Rouyn, Amos et les villages de l’Abitibi.

1936
Ouverture de la route Amos – Val d’Or.

1939, août 
Inauguration de la route Abitibi – Mont-Laurier.

Le « pont de la ville »

Le bac passeur reliant les deux rives en 1914. SHA - Fonds Pierre Trudelle.

Le bac passeur reliant les deux rives en 1914. SHA – Fonds Pierre Trudelle.

Inauguration du pont Desmarais en 1939. On y voit à droite le pont couvert de bois, servant alors de pont temporaire. SHA - Coll. Société d'histoire d'Amos.

Inauguration du pont Desmarais en 1939. On y voit à droite le pont couvert de bois, servant alors de pont temporaire. SHA – Coll. Société d’histoire d’Amos.

Jusqu’en 1919, un traversier amène les gens d’une rive à l’autre de l’Harricana. Le 27 avril 1914, le conseil de village octroit à P. Gauvin le premier contrat officiel pour la traverse.

1919
Le pont couvert est terminé (pont de bois de 300 pieds).

1939
Construction d’un nouveau pont par Simard & Frères. Le pont couvert est démoli.

1939, 13 août 
Inauguration du pont, baptisé Pont Mgr Desmarais.

1975
Construction du pont Édouard-Paré.

Les trottoirs et les rues

1914
Le conseil de village emprunte 500 $ pour la construction de trottoirs de bois.

1927
D. Jobidon est autorisé à installer des lumières dans chaque rue habitée.

1946
On pose des lampadaires dans les rues.

1947
Les trottoirs de ciment sont finis.

1948
Référendum pour le pavage des rues: 231 voix pour, 16 contre.

1949
Ouverture de la rue Principale Sud « depuis une semaine les automobilistes traversent les voies du C.N.R…».

1949
« La ville entreprendra bientôt les travaux nécessaires pour changer l’entrée de la ville par le prolongement de la rue Principale Sud.»

Transport aérien

Les hydravions de la General Airways au quai du gouvernement sur le bord de l'Harricana dans les années 1930. SHA - Fonds Martin Trudel

Les hydravions de la General Airways au quai du gouvernement sur le bord de l’Harricana dans les années 1930. SHA – Fonds Martin Trudel

1928, août
Établissement d’un service par la General Airways Ltd. Lors d’une visite en 1929, le président de la compagnie déclare qu’Amos « est appelée à devenir un centre d’aviation important vu son site et sa topographie ».

1933, mars
Nouvelle compagnie d’aviation : Northern Air Transport.

1946
Un hélicoptère survole Amos et fait sortir bien des curieux.

Téléphone

Les premières lignes sont installées en 1919 par la Compagnie de téléphone de l’Abitibi. Son « standard » est logé au premier étage du magasin J.P. Bourgeois.

1932
La compagnie est vendue à Northen Telephone Company qui déménage de standard au premier étage de l’édifice voisin. Elle s’engage à implanter les lignes avec Noranda et Rouyn et à déménager les poteaux dans les ruelles. Par la suite, le standard sera situé sur la rue Principale (1946-1964) puis sur la 3e Avenue Est.

Opératrices de téléphone, vers 1950 à Amos. SHA - Fonds Gaston Rouleau

Opératrices de téléphone, vers 1950 à Amos. SHA – Fonds Gaston Rouleau

Électricité

Le moulin près des rapides (avant 1962). SHA - Coll. Société d'histoire d'Amos

Le moulin près des rapides (avant 1962). SHA – Coll. Société d’histoire d’Amos

1925
Émery Sicard construit un « moulin » pour fournir l’électricité au village.

1926
La Compagnie d’Aqueduc et de Pouvoir d’Amos termine ses installations électriques pour Noël. Émery Sicard vend son « moulin » qui devient meunerie (1927-1928). La meunerie servira ensuite d’entrepôt pour être abandonnée puis démolie en 1974.

1927
Le contrat d’électricité pour la ville est donné à la Compagnie Municipal Service Corporation. La Compagnie d’Aqueduc et Pouvoir avait donné un si mauvais service que l’affaire se termine en cour.

1933
Le service est maintenant assuré par la City Gaz & Electric Corporation Ltd.

1948
La Ville décide par référendum de se porter acquéreur de la City Gaz et de produire, vendre et distribuer l’électricité.

Services d’incendie

Les pompiers d'Amos sur la 1re Avenue dans les années 1920. SHA - Coll. Société d'histoire d'Amos

Les pompiers d’Amos sur la 1re Avenue dans les années 1920. SHA – Coll. Société d’histoire d’Amos

La construction de la caserne est terminée en 1921 (en face de la Banque Nationale). Le premier chef de la brigade est Déméré Jobidon.

1921, juillet
Première sortie des pompiers, ils combattent alors l’incendie du yacht de Pierre Beauchemin.

1979
Démolition de la caserne. L’ancienne cloche, baptisée Anne-Marie de Nancy, existe toujours et peut être admirée devant la caserne actuelle (15e Avenue Est).

Poste

005122-01 Le bureau de poste d'Amos, probablement en 1949. SHA - Coll. Société d'histoire d'Amos

Le bureau de poste d’Amos, probablement en 1949. SHA – Coll. Société d’histoire d’Amos

1912, 15 mai
Arrivée de A.A. Drouin, premier maître de poste. Le bureau de poste est installé dans son magasin jusqu’en 1938.

1926
Établissement du service postal quotidien.

1938
Construction du bureau de poste actuel, inauguré en décembre.

1949
On installe six boîtes à lettres dans différents endroits de la ville pour améliorer le service.

Écoles

L'école Ste-Thérèse dans les années 1930. SHA - Fonds Paul-Édouard Lavoie

L’école Ste-Thérèse dans les années 1930. SHA – Fonds Paul-Édouard Lavoie

Le couvent Ste-Thérèse (1921) 
Situé au coin 2e Avenue Est et 1re Rue Est, c’était l’école des filles. Suite à la construction de l’école Ste-Thérèse en face en 1953, les frères du Patronage St-Vincent-de-Paul convertissent l’immeuble en maison de pension jusqu’à leur déménagement dans leur propre école. Après avoir vu naître les premiers terrains de jeux, l’ancien couvent Ste-Thérèse est démoli pour faire place à l’école Notre-Dame en 1962 puis au locaux de l’UQAT en 2003.

L’école des garçons (1926)
Situé à l’emplacement actuel de la M.R.C., Les Clercs St-Viateur en prennent la responsabilité à leur arrivée en 1935. Elle est démolie en 1950 et les classes sont déménagées dans la nouvelle école St-Viateur sur la 4e Avenue Est.

L’école Christ-Roi
La première école Christ-Roi a été construite en 1930. Ce bâtiment fut vendu et déménagé pour faire place à la construction de l’école actuelle en 1949. Elle fut agrandie en 1959.

Le collège d'Amos en 1942. SHA - Fonds Société historique d'Amos

Le collège d’Amos en 1942. SHA – Fonds Société historique d’Amos

Le Collège 
L’organisation des classes remonte à 1940. À cette époque, les élèves sont dispersés à travers différents locaux de la ville. La corporation du Collège achète alors les édifices du dentiste Picotte et l’hôtel Blais, situés sur la rue Principale, coin 2e Avenue Est, et entreprend de les relier par une aile neuve à l’arrière. Les nouveaux locaux,
« entièrement à l’épreuve du feu », sont bénis le 21 avril 1942. L’édifice est vendu au gouvernement en 1957 pour y loger l’École Normale Mgr Desmarais. Elle est détruite par un incendie le 6 novembre 1961. La bibliothèque municipale est construite sur ce site en 1968 et y demeure jusqu’en 1994.

L'École normale Assomption en 1967. SHA - Fonds Chambre de commerce d'Amos

L’École normale Assomption en 1967. SHA – Fonds Chambre de commerce d’Amos

L’École normale Assomption
Connue aujourd’hui sous le nom de Pavillon des Rapides, elle a été inaugurée en 1941 et abritait l’École Normale des filles, l’Institut familial et le Pensionnat Ste-Marie. Depuis 1971, elle appartient à la Commission Scolaire Harricana.

Le Séminaire
Construit en 1950, c’est aujourd’hui l’école La Calypso.

L’École des arts et métiers
Construite en 1956, elle est devenue Hôtel de Ville en 1976.

Le Patro St-Joseph
Sous la responsabilité du Patronage St-Vincent-de-Paul, il était situé face à la 13e Avenue Est, à la hauteur de la rue Allard. Un incendie le ravage le 5 avril 1965.

Les autres écoles datent pour la plupart d’après les années 1960.

Services de santé

1914
Arrivée du premier médecin, le docteur André Bigué.

1923
Création du district sanitaire de l’Abitibi. Le Dr Théo St-Martin ouvre le bureau d’hygiène à Amos.

1927
Ouverture de l’hôpital privé des docteurs Ranger et Leroy, situé sur la 2e Avenue Est. La General Airways offre gratuitement un service de transport aérien pour les cas de maladie grave.

L'hôpital Ste-Thérèse d'Amos dans les années 1930. SHA - Fonds Studio Morasse / H. Dudemaine

L’hôpital d’Amos dans les années 1930. SHA – Fonds Studio Morasse / H. Dudemaine

1930
Construction de l’hôpital Ste-Thérèse, le premier de la région. Sous la responsabilité des Sœurs Grises de Nicolet, il est ouvert le 14 mai 1930. La supérieure est Sr Normand. L’hôpital est béni le 11 août 1930 par Mgr Rhéaume.

1933
Fondation des Dames Patronnesses de l’hôpital dont Mme David Gourd est la première présidente. Elles dotent l’hôpital d’un ascenseur en 1935. L’hôpital Ste-Thérèse est aujourd’hui le Centre d’accueil Normand.

Entre 1933-1939
Ouverture de l’Unité Sanitaire.

1949, 30 octobre
Inauguration officielle de l’Hôtel-Dieu d’Amos, présidée par Mgr Desmarais. La dernière patiente de l’hôpital Ste-Thérèse fut la première de l’Hôtel-Dieu, c’était une fillette de 4 ans, Pierrette Viens de La Corne.

Justice

Le palais de justice à Amos en 1926. SHA - Coll. SHA

Le palais de justice à Amos en 1926. SHA – Coll. SHA

1922
Création du district judiciaire de l’Abitibi. Construction du Palais de Justice et ouverture du bureau d’enregistrement. J. Ulric Dumont est nommé shérif.

1923
Première affaire criminelle : un homme est accusé du meurtre d’un trappeur. Il est acquitté.

1923
Ferdinand Lafleur est nommé grand constable du district.

1930
Mgr Rhéaume accepte que le curé Dudemaine dise une messe pascale à la prison (le 2 avril).

1932
Première sentence de pendaison dans le district : un homme de Noranda est accusé de meurtre.

1939
Construction d’une nouvelle prison au nord du Palais de Justice. Le Palais de justice est agrandi.

1941
Déméré Jobidon, premier policier d’Amos, est nommé chef de police.

1977
Déménagement des services dans de nouveaux édifices